Pages spéciales...


Cliquez ici pour avoir toute la liste des 298 fichiers pdf "faits maison" avec paroles et accords de guitare. (mise à jour au 19 juillet 2015, cette liste ne tient pas compte des fichiers les plus récents à voir ci-dessous dans le corps du blog).
Paroles et accords de guitare, lyrics and guitar chords, Texten und Gitarrenakkorde. Tous les fichiers présents dans cette page sont une création personnelle. All the files on this page are personal work.

Cliquez ici pour savoir comment construire à la guitare un accord à votre façon...

27 janvier 2008

Ecrire sa peine...

Il est des instants où la peine revient, profonde et insistante. Ce brouillard givrant qui s'étend sur la plaine porte en mon coeur une mélancolie certaine. Revient alors l'image de deux solitudes qui se cotoient: celle d'une jeune femme malade, obligée de rester allongée des années durant, forcément incomprise, forcément seule; celle d'un jeune homme éperdu d'amour qui ne sait quoi faire pour l'aider, et qui attend, qui attend, qui attend...

Cela a duré si longtemps qu'imaginer pouvoir se débarrasser rapidement de cette douleur est évidemment illusoire. Mais j'ai pu croire qu'elle s'évanouirait doucement, qu'elle s'évaporerait comme le brouillard se dissipe sous les assauts du soleil.

La lumière que je porte en mon coeur n'est hélas pas encore assez puissante pour avoir cette force. Et c'est ainsi qu'aujourd'hui la peine est revenue, amère, inconfortable.

Mon épouse était très fatiguée ces deux dernières semaines, se déplaçait avec difficulté, ne pouvait pas peindre ni faire grand chose d'autre, à part lire, étendue. Depuis deux semaines je partais seul me promener dans la campagne, histoire de m'aérer la tête, d'un peu oublier cette charge toujours présente et si lourde. Mais je conservais un peu d'allant, un peu d'énergie.

Serez-vous surpris si je vous dis qu'à cet instant les larmes sont proches, perlent à mes paupières?

Il est des moments difficiles, où je constate toute mon impuissance face à la maladie, où je ressens pleinement une fois de plus mon inexorable solitude. Alors je relis vos courriels et vos courriers, tout l'espoir qu'ils portent, j'y pêche votre soutien et votre amitié. Et je finis par écrire ma peine, parce que je sais que vous la lirez et que vous compatirez. La partager avec vous, même virtuellement, me soulage.


... God only knows what I'd be without you ...

1984.

Aucun commentaire: