Pages spéciales...


Cliquez ici pour avoir toute la liste des 298 fichiers pdf "faits maison" avec paroles et accords de guitare. (mise à jour au 19 juillet 2015, cette liste ne tient pas compte des fichiers les plus récents à voir ci-dessous dans le corps du blog).
Paroles et accords de guitare, lyrics and guitar chords, Texten und Gitarrenakkorde. Tous les fichiers présents dans cette page sont une création personnelle. All the files on this page are personal work.

Cliquez ici pour savoir comment construire à la guitare un accord à votre façon...

18 janvier 2008

Le cercle vertueux du bonheur...

Que de questions je me suis posées ces derniers mois! J'ai ouvert mes valises, j'ai vidé mes poches de ce que j'y avais accumulé, j'ai pesé mon âme. La peine et la douleur, si difficiles soient-elles à supporter, ont eu le mérite d'éclairer ma voie.

Il m'a fallu faire le ménage dans le fatras qui encombrait mon esprit. Il en reste, je n'ai réussi à en jeter qu'une partie, suffisante néanmoins pour me permettre d'ouvrir une porte fermée depuis très longtemps.

Je devais me débarrasser de colère, de peine, de jalousie. Autant d'émotions contenues, jamais exprimées, que je devais comprendre, puis admettre, afin de les laisser s'évanouir. J'ai eu beaucoup de chance, car j'ai été aidé, par mon épouse d'abord, par un ami ensuite.

La jalousie d'abord est partie, comme par enchantement, soufflée par un vent généreux dispensé sans mesure par quelqu'un à qui je serai toujours redevable.

La colère ensuite à son tour s'est échappée, une fois identifiée, et a laissé la place à un sentiment de paix.

La peine, enfin... J'ai plus de difficulté à me séparer de ma peine. Je crois que j'en ai trop accumulé, trop tout du moins pour qu'elle s'écoule si facilement. Je me demande d'ailleurs parfois si chaque jour il ne s'en ajoute pas un peu, alors que j'en évacue par ailleurs. Il me faudra encore du temps, et peut-être n'y arriverai-je pas totalement. Mais je ne relâcherai pas mon effort! Et puis, je ne suis pas seul, Dominique m'accompagne. Les progrès que je constate maintenant dans sa vitesse de récupération, les envies dont elle fait état, tout ce dont j'arrive à lui faire se souvenir de son passé, notre puissant désir de faire énormément ensemble, tout cela fait beaucoup pour que quotidiennement ce soit un peu plus d'optimisme qui s'installe. Certains jours, après une journée fatiguante, ou à certaines heures, je ressens encore des pointes de mélancolie, des moments de doute. Mais ce n'est rien après ce que j'ai connu il y a quelques semaines.

Il m'a fallu faire le point sur ce qui était important pour moi. Je me suis effectivement rendu compte que ma santé passait d'abord par un impérieux besoin de m'occuper de moi-même, de prendre soin de moi: je suis effectivement ce que j'ai de plus précieux. Dominique me dit tous les jours qu'elle a besoin de moi, je sais que c'est une réalité, ne serait-ce que financièrement vu ce qu'elle touche avec sa retraite prématurée pour invalidité. Quel plus beau cadeau pourrais-je lui faire alors qu'être en bonne santé et de bonne humeur? Je dois donc prendre soin de moi.

Je dois aussi tout faire pour être heureux. Effectivement, je ne peux donner que ce que j'ai. Déprimé je ne peux donner que de la tristesse, si je veux apporter du bonheur je dois être heureux. Par chance j'ai déjà mon épouse qui me donne les trois quarts du bonheur qui m'est nécessaire, à moi de m'occuper du quart qui reste en revenant à l'essentiel dans ma vie sociale, dans mon travail, dans mes rapports avec autrui... A moi de réussir à attraper tous ce qui peut me servir. Vous en faites partie. Chaque petit mot que vous m'envoyez, chaque petite intention vers moi dirigée, aussi infime soit-elle, me comble de joie.

Il me faut donc être heureux pour pouvoir rendre heureux. Et comme rendre heureux me rend heureux, il me faut aujourd'hui enclencher le cercle vertueux du bonheur. Je compte sur vous pour m'aider, pour me montrer la voie si je m'égare. Pour reprendre la métaphore ferroviaire que j'avais filée il y a quelques semaines, maintenant que je suis dans le train j'aimerais que celui-ci ne se fourvoie pas sur une voie de garage. Et rien ne vous interdit de prendre le train avec moi... Je crois d'ailleurs avoir un camarade dans un autre wagon. :-)

Je veux être moi. Je veux être vrai.

Je le redis? Je vous aime.

J'ai pris cette photo en 1980. Je crois que ce fut lors de la première promenade que Dominique et ma maman faisaient ensemble. Regardez comme Dominique est belle!


Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre,
Que serais-je sans toi qu'un cœur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement



... God only knows what I'd be without you ...

1980

Aucun commentaire: