Pages spéciales...

Cliquez ici pour avoir toute la liste des 296 fichiers pdf "faits maison" avec paroles et accords de guitare. (mise à jour au 9 juin 2014, cette liste ne tient pas compte des fichiers les plus récents à voir ci-dessous dans le corps du blog).
Paroles et accords de guitare, lyrics and guitar chords, Texten und Gitarrenakkorde. Tous les fichiers présents dans cette page sont une création personnelle. All the files on this page are personal work.

Cliquez ici pour savoir comment construire à la guitare un accord à votre façon...

31 mars 2009

Big Brother Awards...

Chaque année, Privacy International et ses partenaires décernent, dans une quinzaine de pays, des "prix Orwell" aux institutions, sociétés ou personnes s’étant distinguées par leur mépris du droit fondamental à la vie privée ou par leur promotion de la surveillance et du contrôle des individus. La prochaine cérémonie de remise des prix Big Brother Awards français, 9ème du genre, aura lieu le samedi 4 avril à La Parole Errante, à Montreuil.

La liste des nominés 2009 est un régal d'esthète! On y trouve en vrac Xavier Darcos ("Pour s’obstiner à vouloir ficher tous les enfants en âge de scolarité à travers Base Elèves et BNIE, refusé tout débat national, incité à la destitution des directeurs réfractaires et encouragé à réprimer tout acte de désobéissance dans l’éducation."), Frédéric Lefebvre ("Pour son incompétence et son insistance à vouloir contrôler internet par le biais du CSA, ses arguments iniques pour soutenir la loi Hadopi, pour vouloir traquer la délinquance dans les maternités, et bien d’autres choses..."), le maire de Baudinard-sur-Verdon ("Pour avoir installé 12 caméras de vidéo-surveillance dans un village de 146 habitants.") et bien d'autres joyeux fêtards qui se moquent des libertés publiques comme de leur première paire de chaussettes. Un régal, je vous dis, à lire ici!

29 mars 2009

Dieu...

J'ai rarement ici parlé de religion. Ma foi éventuelle, mes croyances, je ne vous en dirai rien. Même si en lisant d'anciens billets peut-être vous êtes-vous fait une idée de ce que je peux penser. Une idée seulement, bien sûr, et je vous mets au défi de comprendre comment je fonctionne. Je ne suis pas une brute épaisse, entier dans mon être comme dans ce que je crois... ou ne crois pas.

Je n'ai pas fini de relire Maupassant, qui m'étonne, car je ne me souvenais pas de certains de ses propos qui ont dû paraître révoltants à de nombreux lecteurs lors de leur parution. En particulier de surprenantes phrases sur Dieu. Je vous les livre telles quelles, issues de deux nouvelles tardives, et n'en dirai rien. Je les laisse à votre réflexion.

D'abord, un extrait de Moiron:

J'ouvris les yeux, et je vis qu'il aime tuer. Il n'aime que ça, monsieur. Il ne fait vivre que pour détruire! Dieu, monsieur, c'est un massacreur. Il lui faut tous les jours des morts. Il en fait de toutes les façons pour mieux s'amuser. Il a inventé les maladies, les accidents, pour se divertir tout doucement le long des mois et des années ; et puis, quand il s'ennuie, il y a les épidémies, la peste, le choléra, les angines, la petite vérole ; est-ce que je sais tout ce qu'a imaginé ce monstre ? Ça ne lui suffisait pas encore, ça se ressemble, tous ces maux-là ! et il se paye des guerres de temps en temps, pour voir deux cent mille soldats par terre, écrasés dans le sang et dans la boue, crevés, les bras et les jambes arrachés, les têtes cassées par des boulets comme des oeufs qui tombent sur une route.
Ce n'est pas tout. Il a fait les hommes qui s'entre-mangent. Et puis, comme les hommes deviennent meilleurs que lui, il a fait les bêtes pour voir les hommes les chasser, les égorger et s'en nourrir. Ça n'est pas tout. Il a fait les tout petits animaux qui vivent un jour, les mouches qui crèvent par milliards en une heure, les fourmis qu'on écrase, et d'autres, tant, tant que nous ne pouvons les imaginer. Et tout ça s'entre-tue, s'entre-chasse, s'entre-dévore, et meurt sans cesse. Et le bon Dieu regarde et il s'amuse, car il voit tout, lui, les plus grands comme les plus petits, ceux qui sont dans les gouttes d'eau et ceux des autres étoiles. Il les regarde et il s'amuse.

Et puis, la nouvelle intitulée L'inutile beauté:

Ce qu'il y a de propre, de joli, d'élégant, d'idéal sur la terre, ce n'est pas Dieu qui l'y a mis, c'est l'homme, c'est le cerveau humain. C'est nous qui avons introduit dans la création, en la chantant, en l'interprétant, en l'admirant en poètes, en l'idéalisant en artistes, en l'expliquant en savants qui se trompent, mais qui trouvent aux phénomènes des raisons ingénieuses, un peu de grâce, de beauté, de charme inconnu et de mystère. Dieu n'a créé que des êtres grossiers, pleins de germes des maladies, qui, après quelques années d'épanouissement bestial, vieillissent dans les infirmités, avec toutes les laideurs et toutes les impuissances de la décrépitude humaine. Il ne les a faits, semble-t-il, que pour se reproduire salement et pour mourir ensuite, ainsi que les insectes éphémères des soirs d'été. J'ai dit "pour se reproduire salement" ; j'insiste. Qu'y a-t-il, en effet, de plus ignoble, de plus répugnant que cet acte ordurier et ridicule de la reproduction des êtres, contre lequel toutes les âmes délicates sont et seront éternellement révoltées ? Puisque tous les organes inventés par ce créateur économe et malveillant servent à deux fins, pourquoi n'en a-t-il pas choisi d'autres qui ne fussent point malpropres et souillés, pour leur confier cette mission sacrée, la plus noble et la plus exaltante des fonctions humaines ? La bouche, qui nourrit le corps avec des aliments matériels, répand aussi la parole et la pensée. La chair se restaure par elle, et c'est par elle, en même temps, que se communique l'idée. L'odorat, qui donne aux poumons l'air vital, donne au cerveau tous les parfums du monde : l'odeur des fleurs, des bois, des arbres, de la mer. L'oreille, qui nous fait communiquer avec nos semblables, nous a permis encore d'inventer la musique, de créer du rêve, du bonheur, de l'infini et même du plaisir physique avec des sons ! Mais on dirait que le Créateur, sournois et cynique, a voulu interdire à l'homme de jamais anoblir, embellir et idéaliser sa rencontre avec la femme. L'homme, cependant, a trouvé l'amour, ce qui n'est pas mal comme réplique au Dieu narquois, et il l'a si bien paré de poésie littéraire que la femme souvent oublie à quels contacts elle est forcée. Ceux, parmi nous, qui sont impuissants à se tromper en s'exaltant, ont inventé le vice et raffiné les débauches, ce qui est encore une manière de berner Dieu et de rendre hommage, un hommage impudique, à la beauté.

[...]

Sais-tu comment je conçois Dieu, dit-il : comme un monstrueux organe créateur inconnu de nous, qui sème par l'espace des milliards de mondes, ainsi qu'un poisson unique pondrait des œufs dans la mer. Il crée parce que c'est sa fonction de Dieu ; mais il est ignorant de ce qu'il fait, stupidement prolifique, inconscient des combinaisons de toutes sortes produites par ses germes éparpillés. La pensée humaine est un heureux petit accident des hasards de ses fécondations, un accident local, passager, imprévu, condamné à disparaître avec la terre, et à recommencer peut-être ici ou ailleurs, pareil ou différent, avec les nouvelles combinaisons des éternels recommencements. Nous lui devons, à ce petit accident, de l'intelligence, d'être très mal en ce monde qui n'est pas fait pour nous, qui n'avait pas été préparé pour recevoir, loger, nourrir et contenter des êtres pensants, et nous lui devons aussi d'avoir à lutter sans cesse, quand nous sommes vraiment des raffinés et des civilisés, contre ce qu'on appelle encore les desseins de la Providence.

[...]

Contemple-la, cette terre, telle que Dieu l'a donnée à ceux qui l'habitent. N'est-elle pas visiblement et uniquement disposée, plantée et boisée pour des animaux ? Qu'y a-t-il pour nous ? Rien. Et pour eux, tout : les cavernes, les arbres, les feuillages, les sources, le gîte, la nourriture et la boisson. Aussi les gens difficiles comme moi n'arrivent-ils jamais à s'y trouver bien. Ceux-là seuls qui se rapprochent de la brute sont contents et satisfaits. Mais les autres, les poètes, les délicats, les rêveurs, les chercheurs, les inquiets ? Ah ! les pauvres gens !
Je mange des choux et des carottes, sacrebleu, des oignons, des navets et des radis, parce que nous avons été contraints de nous y accoutumer, même d'y prendre goût, et parce qu'il ne pousse pas autre chose, mais c'est là une nourriture de lapins et de chèvres, comme l'herbe et le trèfle sont des nourritures de cheval et de vache. Quand je regarde les épis d'un champ de blé mûr, je ne doute pas que cela n'ait germé dans le sol pour des becs de moineaux ou d'alouettes, mais non point pour ma bouche. En mastiquant du pain, je vole donc les oiseaux, comme je vole la belette et le renard en mangeant des poules. La caille, le pigeon et la perdrix ne sont-ils pas les proies naturelles de l'épervier ; le mouton, le chevreuil et le bœuf, celle des grands carnassiers, plutôt que des viandes engraissées pour nous être servies rôties avec des truffes qui auraient été déterrées, spécialement pour nous, par les cochons ?
Mais, mon cher, les animaux n'ont rien à faire pour vivre ici-bas. Ils sont chez eux, logés et nourris, ils n'ont qu'à brouter ou à chasser et à s'entre-manger, selon leurs instincts, car Dieu n'a jamais prévu la douceur et les mœurs pacifiques ; il n'a prévu que la mort des êtres acharnés à se détruire et à se dévorer.
Quant à nous ! Ah ! ah ! il nous en a fallu du travail, de l'effort, de la patience, de l'invention, de l'imagination, de l'industrie, du talent et du génie pour rendre à peu près logeable ce sol de racines et de pierres. Mais songe à ce que nous avons fait, malgré la nature, contre la nature pour nous installer d'une façon médiocre, à peine propre, à peine confortable, à peine élégante, pas digne de nous.
Et plus nous sommes civilisés, intelligents, raffinés, plus nous devons vaincre et dompter l'instinct animal qui représente en nous la volonté de Dieu.

[...]

Pour adoucir notre sort de brutes, nous avons découvert et fabriqué de tout, à commencer par des maisons, puis des nourritures exquises, des sauces, des bonbons, des pâtisseries, des boissons, des liqueurs, des étoffes, des vêtements, des parures, des lits, des sommiers, des voitures, des chemins de fer, des machines innombrables ; nous avons, de plus, trouvé les sciences et les arts, l'écriture et les vers. Oui, nous avons créé les arts, la poésie, la musique, la peinture. Tout l'idéal vient de nous, et aussi toute la coquetterie de la vie, la toilette des femmes et le talent des hommes qui ont fini par un peu parer à nos yeux, par rendre moins nue, moins monotone et moins dure l'existence de simples reproducteurs pour laquelle la divine Providence nous avait uniquement animés

Ne sont-ce pas là des mots terribles?

28 mars 2009

Cette nuit....


C'est cette nuit que, selon la tradition ridicule qui veut que nous changions l'heure tous les six mois, nous passerons à l'heure d'été. Vous perdrez une heure de sommeil braves gens puisqu'il faudra avancer vos pendules!
Ce qui est rigolo, c'est qu'il y a encore des gens qui croient qu'ainsi notre pays fait des économies. Idées courtes... mais rappelez-vous que c'est sous Giscard (cervelle de moineau) que cette andouillerie a été inventée.

25 mars 2009

Sollicitation...

Dîtes... Vous ne connaissez pas un coin sympa, en bord de mer, du côté de l'Esterel ? Pas un hôtel, plutôt une location (j'aime avoir la paix et faire ma tambouille moi-même!), et avec une chambre séparée du salon. Et libre aux vacances de Pâques? :-)

24 mars 2009

Puerto Rico...

En v'là du tube, ma bonne dame! Cette superbe chanson de Vaya con Dios date, je crois de 1986, et elle a fait le tour du monde.

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, Vaya con Dios était un groupe belge, constitué en 1986 autour de la chanteuse Dani Klein. Voilà des gens qui ont su tromper leur monde, comme quinze ans plus tôt les autres belges de Wallace Collection. Nos amis d' outre-Liévin ont toujours eu beaucoup d'humour...

Camarades guitaristes, voilà un petit pdf de 9 ko pour avoir les paroles et les accords de guitare de "Puerto Rico", des Vaya con Dios. C'est encore une fois inédit sur le net.

Her shoes in one hand she carefully walks down the stairs,
Holding her breath 'cause there's danger and love in the air.


... j'ai été dîner ...

J'ai toujours été un grand lecteur. Lire m'a toujours été un secours, un havre, un refuge contre la médiocrité du réel.

Il m'est venu de relire Maupassant il y a quelques semaines. Il fait partie de la multitude de poètes et romanciers dont mon épouse et moi-même possédons les œuvres dans la collection de La Pléiade. Oh, je n'en tire aucune gloire, mais à une époque où la collection Bouquins -par exemple- n'existait pas, La Pléiade était un excellent moyen de posséder en quelques volumes et sous un format pratique et élégant les principaux écrits d'un auteur reconnu. Avec quelques réserves toutefois, surtout en ce qui concerne un appareil critique souvent ancien ou un texte parfois peu conforme (je pense surtout à l' Histoire de ma vie de Casanova).

Cette re-lecture -après vingt-cinq ans- de l'œuvre complète de Maupassant m'amène à faire deux observations.

La première concerne le bon usage de la langue française, que Maupassant manie sinon à la perfection du moins avec une maestria peu contestable. A mon très grand plaisir, il utilise dans une phrase de la nouvelle Mademoiselle Perle cette merveilleuse expression, pourtant contestée par de nombreux Savonarole, de "j'ai été" en place de "je suis allé", et le fait avec une élégance qui me réjouit énormément:

Donc, cette année, comme les autres années, j'ai été dîner chez les Chantal pour fêter l' Epiphanie.

Comme quoi, ça le fait! Ma seconde observation provient du cruel manque d'œuvres de ce calibre à notre époque. Ceux que l'on nous donne comme de grands écrivains restent de vagues faiseurs immatures qui parce qu'il disent pipi et caca à longueur de texte se croient parvenus au sommet de leur art. Hélas, la scatologie n'a jamais été utile qu'aux petits enfants qui par ce biais jouent avec les contraintes sociales et s'en libèrent juste assez pour devenir des adultes responsables.

Où sont donc aujourd'hui les stylistes du français? Jongleurs de mots qui savaient à point se servir de leur langue pour exprimer avec l'élégance du cœur et des mots la joie ou la peur, le bonheur, la tristesse.

Alors, pour le plaisir, je vous donne un tout petit bout de Mademoiselle Perle:

Pourquoi me suis-je toujours imaginé que les idées de Mme Chantal sont carrées? Je n'en sais rien; mais tout ce qu'elle dit prend cette forme dans mon esprit: un carré, un gros carré avec quatre angles symétriques. Il y a d'autres personnes dont les idées me semblent toujours rondes et roulantes comme des cerceaux. Dès qu'elles ont commencé une phrase sur quelque chose, ça roule, ça va, ça sort par dix, vingt, cinquante idées rondes, des grandes et des petites que je vois courir l'une derrière l'autre, jusqu'au bout de l'horizon. D'autres personnes aussi ont des idées pointues...

22 mars 2009

200, camarades guitaristes !

Je suis le premier étonné de ce score. Aujourd'hui est apparu sur ce blog le 200ème fichier pdf comprenant paroles de chansons et accords de guitare...

Lorsque je me suis remis à grattouiller fin 2007, je n'aurais pas pensé une seconde que je bosserais comme ça cet instrument. Parce qu'il ne faut pas que vous vous mépreniez: quand je vous donne un fichier, c'est d'abord pour mon propre usage que je l'ai fait!

Alors, j'espère que vous en profitez bien. Vous trouverez sur le côté un accès direct au billet mis à jour et contenant la liste et les liens de tous les fichiers.

Lydia Purple...

Celle-ci m'a donné du mal! Comme quoi ce ne sont pas forcément les chansons les plus difficiles dont il est compliqué de trouver les accords... Enfin, ce que j'en dis, hein. Je reste un débutant!

The Collectors étaient un groupe canadien, qui ne fit sous ce nom que deux albums, avant de se séparer puis de se renommer Chilliwack. Leur album éponyme de 1968 ne fit que peu de bruit, mais au cours des années suivantes devint petit à petit un disque mythique, qui connait aujourd'hui grâce au net une seconde vie. Pas au point de celui d'Andwella's Dream, mais pas loin... Au sein de cet album, la chanson Lydia Purple est un petit bijou mélodique et rythmique.


Camarades guitaristes, voilà donc un petit pdf de 8 ko pour avoir les paroles et les accords de guitare de "Lydia Purple", des Collectors. Et c'est complètement inédit sur le net!

Lydia Purple lived in a steeple,
tall by nature, colored by people.





Ah, et puis, si l'album vous intéresse, ça se passe ICI... :-)

21 mars 2009

Réflexion mobilière...

Juste une petite réflexion qui m'est venue tout à l'heure... Il m'a fallu quinze ans pour réaliser que Windows (fenêtres) a été inventé par Bill Gates (portes).

Bon, je retourne me coucher.

Joli mot...

Déniché sur BashFr, ce joli dialogue:

julien: je vais faire des photocopines
vivien: toujours en manque, à ce que je vois

Le mot "photocopine" me plait beaucoup. Il pourrait qualifier, par exemple, une relation féminine qu'on se ferait par internet... :-)

20 mars 2009

Hadopi... Brazil !

Venu tout droit de La Quadrature du Net*, voici Hadopi... Brazil!, un excellent pastiche très proche de ce qui va bientôt vous arriver. Comme ils le disent bien, mieux vaut en rire qu'en pleurer...


* Les fameux "cinq gus dans un garage...", c'est eux! Comment? vous ne comprenez rien à ce que je vous dis? Alors, allez lire CECI, et rigolez bien!

Comment se moquer (gentiment) des Enfoirés...

Les Fatals Picards ont encore frappé! J'espère que vous avez eu l'occasion de voir le clip des Enfoirés, ce qui vous permettra de pleinement apprécier la prestation...

18 mars 2009

Moi vivant vous n'aurez jamais de pauses, ou comment j'ai cru devenir libraire...

La jeune dessinatrice Leslie Plée raconte son expérience éprouvante d'apprentie libraire dans un excellent album intitulé Moi vivant vous n'aurez jamais de pauses, ou comment j'ai cru devenir libraire, album qui vient de paraître aux éditions Jean-Claude Gawsewitch: conditions de travail ahurissantes, management absurde, obsession de la rentabilité, etc. Ça se passe à Rennes, dans un magasin de l'enseigne Cultura, qui prend très mal cette mise en cause même si elle n'est pas nommément citée. Au point de censurer le livre!


Le directeur des produits éditoriaux de l'enseigne a envoyé un courriel aux libraires des 44 magasins Cultura de France: "Je vous demande de ne pas exposer cet ouvrage polémique, qui n'engage que son auteur et porte atteinte à la réputation de nos collaborateurs! Je souhaite que ce produit soit retourné dans les délais les plus rapide".

Heureusement, bon nombre de libraires de l'enseigne soutiennent à fond cet album, très réaliste de l'avis général, et certains ont préféré acheter les stocks reçus avec leurs propres deniers plutôt que de les renvoyer à l'éditeur. Bravo mesdames et messieurs!

Playing for Change...

Playing for Change vous propose le standard Stand by me:

17 mars 2009

Code de la route...

Futur conducteur ou un conducteur expérimenté, Code de la Route Pratic vous est destiné!

L"éditeur Micro Application propose un programme entièrement gratuit et en français, Code de la Route Pratic qui permet l'entraînement ou la révision du code de la route.

Il est composé de cinq modules, avec une interface claire:
+ apprendre ou réviser la signification des panneaux.
+ tester ses connaissances dans les conditions réelles de l’examen.
+ parfaire sa préparation en sélectionnant ses points faibles: croisement, dépassement...
+ effectuer des tests pièges parmi 20 séries de 40 questions.
+ avoir des informations pratiques sur la conduite: argus, bonus malus, constat amiable, etc.


Rigoureuses, les épreuves d'évaluations sont bien rédigées, clairement lues et illustrées de photos. Après avoir créé votre profil, vous pourrez suivre votre progression par thèmes et retravailler vos points faibles. Bref, voilà une offre rare qu'il ne faudrait pas manquer!

Cliquez ICI.

13 mars 2009

La petite nouvelle...

Elle est arrivée aujourd'hui, la petite chérie... après quatre mois d'attente! Cette Epiphone Dot Cherry est une hollow body rouge qui pèse son poids. Elle a surtout un son excellent, du moins pour ce que je veux faire avec. Avec l'ampli à lampes qui est à droite, cela fait, je peux vous le garantir, un très joli couple. De quoi oublier quelques heures, lorsque je joue, les âneries gouvernementales.


Premier essai immédiatement après déballage et accordage. Concluant! :-) Mais il faudra tout de même que je change les cordes assez rapidement... Bref, content le Pascal.

12 mars 2009

Octopus...

Une jolie et sympathique découverte musicale que je viens de faire chez Peppermint Store avec l'obscur groupe Octopus. Un seul disque à leur actif, Restless Night, en 1969. Mais un bel album qui mérite largement d'être redécouvert et écouté.


Moi, du moins, j'aime beaucoup. Oui, je sais, encore du rock progressif ou assimilé, un mix de Beatles et de plein d'autres choses... Que voulez-vous, j'adore ça!

Pour vous en convaincre, voici deux chansons sur la même cassette: Council Plans et The River.

Enjoy! Appréciez!


Vous êtes intéressé? Il suffisait de le dire! Cliquez ICI... :-)

11 mars 2009

Hadopi (bis)...

Un excellent trop bon article qui déchire grave de ta race! Déniché par le copain ZnOrt chez Petaramesh, il est intitulé Hadopi dans ta face ou l'arroseur arrosé et vous fera hurler de rire!


Si vous êtes intéressé par le blog lui-même, en voici la page d'accueil, installée par le Ministère du Civisme et de la Délation (si, si, c'est écrit!). Amusez-vous à chercher comment entrer, c'est facile... :-)

Hadopi...

Les multinationales du disque et du film se font des co... en or avec vos sous depuis des décennies. En ce moment, avec la loi Création et Internet (dite Hadopi), les députés et sénateurs qui émargent peut-être pour certains au budget de ces multinationales cherchent la meilleure façon de vous... euh... je préfère m'abstenir!
Le plus rigolo, c'est que ce texte est complètement dépassé. Mais depuis quand un élu aurait-il les moyens intellectuels de comprendre quelque chose à quoi que ce soit?
Allez, rappelez-vous...


Ah ah ah, je me gausse!

10 mars 2009

Circoripopolo goes Airtistique...

Ne me demandez pas ce que signifie la phrase ci-dessus, je n'en ai aucune idée! :-) Mais en revanche, je vous suggère de vivement cliquer sur l'image qui suit. Attention! La fenêtre de votre navigateur va changer de taille! N'y touchez pas, ne touchez pas à la souris, laissez-faire jusqu'au bout, en mettant le son. Appréciez, riez, régalez-vous! Et merci à Jimmy pour l'adresse.

09 mars 2009

Ah ben oui quand même...

Merci à tous pour votre fidélité!
...
Prochaine étape, les 100 000! :-)

08 mars 2009

Les Champs Elysées...

C'est vraiment rigolo comme sur le net on trouve n'importe quoi quand on cherche des tablatures ou des accords! Et le plus drôle c'est que tout le monde copie tout le monde sans vérifier... Enfin...

Dois-je vous présenter cette chanson, que tous en France nous connaissons comme si nous l'avions écrite? Il s'agit bien sûr de l'excellente chanson Les Champs Elysées, de Dassin et Delanoë. Au fait, vous lui trouvez pas un petit air de famille avec le Penny Lane des Beatles? Non? Ecoutez bien...

Camarades guitaristes, voilà un petit pdf de 7 ko pour avoir les paroles et les accords de guitare de "Les Champs Elysées", de Joe Dassin.

Aux Champs-Élysées, aux Champs-Élysées,
Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit,
Il y a tout ce que vous voulez aux Champs-Élysées.


Les hommes volants...

Ils sont fous! Mais quelles images extraordinaires! Ce n'est pas pour moi, mais j'avoue que ça me fait rêver.

07 mars 2009

C'est beau, la montagne...

De retour ce soir d'un séjour dans les Vosges très enneigé, et avant de vous en parler plus en détail, je vous propose une petite photo prise ce matin depuis la terrasse de la location... Juste histoire de dire que la montagne, sous le soleil, c'est réellement magnifique.